SMOOTH REVEREND « On veut sortir un nouveau format de divertissement »

In INTERVIEWS
Scroll this

Participants de la finale du Wolfest Bordeaux au Rocher de Palmer, les SMOOTH REVEREND se prêtent au jeu de l’interview. Mené par un chanteur charismatique sur son 31 (costume, chapeau haut de forme déchiré et lentilles de couleur différente), nous rencontrons un groupe de métal pas vraiment comme les autres, entre riffs saignants groovys et refrains accrocheurs.

Okay les Smooth, une petite présentation pour les gens qui ne vous connaissent pas ?

Xavier (chanteur) : Je dirais qu’on fait dans le métal. Pas du hard, pas du heavy, non : du métal au sens large !
Jason (guitariste) : Ça fait deux ans et demi qu’on a formé Smooth Reverend. On avait tous des groupes différents avant, et on était de bons amis. Et puis un jour on s’est dit qu’on allait monter un projet métal tous ensemble, pour s’amuser et pourquoi pas faire quelque chose chose de concret.
Xavier : Maintenant on remplit le Bataclan ! (rires)

Parlez nous de vos influences, qu’est-ce qui vous inspire ?

Jason : Lamb of God, Machine Head, System of a Down, et parfois Rage Against the Machine au niveau du chant.
Louis (guitariste) : Et Avenged Sevenfold quand même !
Xavier : Et Tenacious D !
Jason : Tout ce qui se fait de beau sur Terre ! On peut rajouter les fleurs, les écureuils…

Comment vous est venu l’idée de participer au Wolfest ?

L : À la base on ne voulait plus faire de tremplins.
J : Ce sont les organisateurs qui nous ont contacté. Coco était très gentille, et c’est vrai qu’il y avait le prix de 3000 € qui nous intéressait. On est en pleine phase d’enregistrement de notre album, et une telle somme serait bien sympathique pour finaliser notre projet ! Et puis c’est toujours l’occasion de jouer dans de belles salles, comme le Rocher de Palmer ou Barbey.

Vous faites une musique qui groove et qui est technique en même temps, c’est rare les groupes qui arrivent à marier les deux ! J’ai aussi parfois l’impression d’entendre un croisement entre les riffs groovy de Lamb of God et les orchestrations d’Avenged Sevenfold. Vous en pensez quoi ?

J : J’aime beaucoup cette question !
L : C’est vrai qu’il y a beaucoup de Lamb of God au niveau des riffs, parce que ça groove énormément et qu’en même temps, c’est très violent. Jason et moi, on a plutôt un style punk californien, The Offspring, Sum 41… Et on a essayé de mélanger l’esprit de Carton et Geoffrey qui sont très axés metal, au nôtre. Ça donne des refrains assez mélodiques, et des couplets plutôt métal.
J : On a aussi des expériences musicales en dehors de la sphère du métal. On n’est pas enfermés dans un style. Et on a un chanteur qui n’aime pas le métal, ça aide beaucoup à faire des choses différentes.
X : À part du System of a Down, je n’écoute pas beaucoup de métal, c’est vrai ! Par contre Geoffrey lui, il écoute ça depuis tout petit, il est tombé dans la marmite ! C’est l’Obélix du métal ! (rires)

Justement Xavier, parle nous de toi sur scène ! Tu portes un costume, tu as une lentille bleue et une lentille noire aux yeux, un chapeau déchiré sur la tête… Comment est apparu ce personnage ?

X : J’aime bien les gens fous ! Et je pense vraiment qu’il faut un personnage pour captiver l’attention. Je suis un gros fan du Joker, dans Batman… Au tout début, un mec m’a sorti que je ressemblais un peu à un dandy déluré. Du coup j’ai essayé de créer ce personnage.
L : T’es un peu influencé par l’univers de Tim Burton aussi… Et Végéta ! (rires)
X : J’aime bien le côté un peu bipolaire, le côté « mignon » qui contraste avec le côté « pas content du tout ».
J : On a plein d’idées, et je pense que tout va s’accélérer concernant ce personnage après la sortie de notre album. Mais on garde tout ça secret pour le moment !

Comment vous gérez votre mise en scène ? Le fait de faire du crabcore pendant que Xavier fait semblant de tirer les ficelles, comme un marionnettiste…

J : Ça fait vraiment partie des idées qu’on travaille autour du personnage de Xavier. Comme une sorte de maître du monde, qui a le pouvoir sur n’importe qui.

Votre truc pour composer ?

J : On aime bien se demander « qu’est-ce qui n’a pas été fait ? ». Sinon, on compose tous ensemble. On veut éviter le fait qu’une chanson ne soit composée que par une seule personne d’entre nous, parce que ça appauvrit un peu l’idée de groupe, et ça peut affecter le côté original des Smooth Reverend.
L : Jason arrive toujours en répèt’ avec un riff qui n’a rien à voir avec celui d’avant. Il a toujours des idées nouvelles ! Mais tout le monde arrive avec des riffs. J’enregistre souvent chez moi des idées avec la batterie derrière, et je vois ce qu’on peut en faire avec tout le monde. Souvent la batterie change, mais les thèmes restent.

Question matos : vous jouez sur quoi ?

L : Jason et moi on joue tous les deux sur des guitares LTD Eclipse et Viper… Niveau ampli c’est EVH pour Jason, et je vais recevoir la même chose d’ici peu !
J : Pour Carton ce sera un Marshall transistor 10 watts, pas repiqué.
L : En fait il joue à burnes !
X : C’est ça, il joue sans pantalon ni slip, il joue à burnes ! (rires)

Parlez-nous de votre actu. Date de sortie d’album, concerts…

L : On a le troisième album qui va sortir directement, avant le deuxième ! (rires) Non voilà, un album en préparation ainsi qu’un clip live. L’album est enregistré à la maison, et réamping, mixage, mastering avec Krystof Ramos aux studios Berduquet à Cenac. On jouera entre autres avec Plug-In (NDLR : groupe de Fanalo, professeur au CIAM et guitariste ayant accompagné Ron Thal en tournée).
J : Fanalo a payé cher pour pouvoir jouer avec nous ! (rires) Sinon on a pour projet de sortir un nouveau format de divertissement, ni vidéo, ni pièce de théâtre, un truc complètement nouveau ! Vous verrez en temps venu…
L : Je vais tout de même te donner un indice : feu de cheminée.

Un petit mot pour finir ?

J : Si la Clio est la voiture la plus vendue en France, c’est parce que c’est moi qui l’ai conduite en premier.

C’est vraiment votre mot de la fin ?

X : Gros bisous, n’oubliez pas que l’amour est la chose la plus importante dans le monde et faites-vous des câliiiiins (NDLR : à lire avec la voix d’Eric Cartman) !

Retrouvez les Smooth Reverend (Facebook) en concert le 23/02 et le 03/03 au Black Room, et le 03/05 à la Rock School de La Teste.