« We don’t get drunk, we get awesome » : bienvenue au GRIND HOUSE American Pub !

In A PLACE TO BE
Scroll this

Bordeaux, ville anglophile par excellence, est aussi l’une des villes françaises où il y a le plus de pubs au mètre carré… À la rédac, il y a pas mal de piliers de bar, enfin piliers de pub pour être précis. Que ce soient des pubs anglais ou irlandais, on peut dire que ouais, on a fait le tour. Alors lorsqu’on m’a appris qu’un pub américain allait ouvrir ses portes en centre ville, je sais pas, j’imagine que mon côté redneck s’est brutalement réveillé : je fus surexcitée à l’idée de trouver un nouveau QG à mon image, à notre image. Mercredi 13 mars, le GRIND HOUSE faisait son « grand opening » quartier Victor Hugo. Pour ne pas faillir à nos obligations de reporters de terrain, nous y sommes allé… pour enquêter. Boire. Enquêter. Anyway !

Ok mettons les choses au clair de suite : le GRIND HOUSE est 100% américain. L’un des trois boss du bar, Louis (à prononcer à la française), vient de Miami et avait bien envie de partager un peu de sa culture avec les bordelais. On est donc loin des clichés, tout est 100% genuine dans un décor simple et chaleureux : brique, comptoir et tables en bois, stools un peu partout, coin salon… L’endroit n’est pas immense, mais c’est ce qui en fait un lieu aussi convivial. La soirée d’inauguration du pub a d’ailleurs vu tant de monde qu’il était presque impossible de circuler (voir galerie photo) ! Depuis, le pub ne désemplit pas. On vient aussi y mater les matches en direct de NFL, rugby ou basket ball sur les écrans du Grind, comme à la maison mais en mieux.

J’ai failli oublier le principal : qu’est ce qu’on boit au Grind House ? Mais tout ce que vous ne pourrez pas boire ailleurs, bitches ! Des classiques (Guinness, Kro, Bud) mais surtout des inédits comme la Wel Scotch, la Skøll ou d’autres douceurs imports que vous ne trouverez nulle part ailleurs à Bordeaux. Du côté des boissons plus corsées, la tentation est forte lorsque les cocktails répondent aux doux noms de « Jagerito », « Ol’ Johnny boy » ou « Soco Swag ». Sans parler des shooters « Liquid Crack » et « Lindsay Lohan »… Et puis, il y a les concoctions pour les big boys, le genre de truc qui vous retourne le cerveau en deux-deux, mais qu’on ne peut s’empêcher de reprendre la fois suivante. Adios motherfucker. Après tout, la devise du bar c’est : « WE DON’T GET DRUNK, WE GET AWESOME ». Ça sent pas le spring break, ça ?

Pour se régaler les oreilles, tout est permis : rock, métal, pop, hip hop… En fait, ils sont un peu comme nous au Grind House : ils écoutent de tout, du moment que ça bounce… Et jusqu’à preuve du contraire, personne ne s’en est plaint, bien au contraire. On dirait qu’on a trouvé notre nouveau QG…

GRIND HOUSE American Pub – 24 rue Gouvéa (près du parking Victor Hugo) à Bordeaux
Ouvert du lundi au vendredi de 17h à 2h et le week-end de 13h à 2h
Page Facebook