MANU LANVIN & NEAL BLACK + RENDEZ VOUS @ Le Rocher de Palmer (Cenon, 19.09.13)

In LIVE REPORTS
Scroll this

Ce jeudi 19 septembre, il y avait certes Steve Vaï au Rocher Palmer… mais je peux vous dire qu’une autre affiche de taille partageait la soirée, et que les absents ont eu bien tort ! Le big band rock RENDEZ-VOUS & MANU LANVIN avec NEAL BLACK ont fait vibrer le Rocher !

Les spectateurs sont invités à accéder à la salle par une entrée privilégiée et ça se bouscule un peu… Les portes n’ouvrent qu’à 20h30 et ceux qui patientent dans le vent du mois de septembre depuis 20h sont heureux de venir se réchauffer sur du rhythm’n’blues rock !

RENDEZ-VOUS (site + Facebook)

On m’avait vanté les mérites du groupe bordelais RENDEZ-VOUS, qui ouvre la soirée. Mais moi, je suis comme Saint Thomas : je ne crois que ce que je vois. Et bien, je suis venue, j’ai vu et… j’ai été convaincue ! Et comment ne pas l’être face à ce quintet gagnant : la voix rockailleuse à souhait de Guiom, les riffs de Kriss, les rythmes endiablés de Zan à la batterie et de Juke au piano, sans oublier le bassiste Manu qui accompagne subtilement Guiom en seconde voix sur quelques titres. Et en exclusivité pour la scène du Rocher Palmer, les spectateurs ont la chance de les découvrir accompagnés de trois cuivres !

Quelle ambiance, quelle énergie ! Je retrouve des sonorités de Joe Cocker, Status Quo… du bon rock digne des années 60-70 ! Ils interprètent trois titres sans leurs amis cuivres, dont un plus doux mais néanmoins torturé : le public en est sous le charme. Le temps passe trop vite, et c’est sous d’intenses et chaleureux applaudissements que le groupe quitte la scène pour laisser place à Manu Lanvin.

rendez-vous-live-bordeaux-08

MANU LANVIN (site + Facebook)

Alors, pour couper court à toute interrogation, je vous confirme : MANU LANVIN est bien le fils de son père, le célèbre acteur français. Et visiblement, son physique ne laisse pas indifférentes de jolies minettes qui s’approcheront à plusieurs reprises de la scène pour immortaliser leur idole et probablement essayer d’attirer son attention…

J’observe le spectacle un peu sur la réserve. S’il a le mérite d’interpréter la plupart de ses titres en français (ce qui à notre époque est vraiment louable) sur une rythmique blues parfois entraînante, et habilement menée par un contre-bassiste et un batteur. Je ne parviens pas à rester attentive, et observe dubitativement les réactions des spectateurs visiblement enthousiastes. Quand soudain, une nouvelle voix, grave, rauque et très rocailleuse me tire de ma torpeur… Neal Black vient de rejoindre Manu Lanvin sur scène et leurs voix s’accordent à merveille. Je découvre également Mike Latrell, pianiste complètement possédé par un rythme déjanté et Gabriel Barry, et le contre bassiste avec une basse dans les mains !

manu-lanvin-neal-black-live-bordeaux-01

NEAL BLACK (site + Facebook)

Manu s’éclipse alors pour laisser libre champ au charismatique Neal Black. Le visage impassible, les yeux souriants, sans faire de chichis, il envoie du lourd. Il est heureux d’être là, il prend d’ailleurs la peine de remercier son public en français, et confie même son penchant pour la cuisine et les femmes françaises ! Il s’excusera cependant d’interpréter le titre original « That’s how I got to Memphis », et non la version adaptée en français par Eddy Mitchell. Les morceaux oscillent entre blues, rock voire heavy… Avec un air malicieux, il recommande à l’auditoire d’appeler le 18 si quelqu’un se sent mal durant le titre qu’il va jouer, et qui réunit à lui seul l’ensemble de ces influences. Je me joins cette fois au public qui, la mine réjouie, répond activement aux « I say yeah, all right, oh yeah » du chanteur.

Lorsque Manu Lanvin remonte sur scène, je comprends que la soirée va prendre fin… Je vis comme une intrusion à ma communion ses gesticulations grandiloquentes et sa descente dans la fosse durant un génialissime solo du pianiste en transe, pour venir récolter les lauriers d’une soirée qu’il n’aura assurée qu’en partie…

manu-lanvin-neal-black-live-bordeaux-13

Il n’y aura pas de rappel, le concert se terminant bien tardivement (minuit passées !), mais pour ceux qui en redemandent ou qui sont curieux de le découvrir sur scène, restez attentifs : Neal Black tourne souvent en France accompagné des Healers, il passera peut-être par chez vous… En tout cas, s’il daigne revenir dans la région en 2014, vous êtes assurés de m’y retrouver !